Aller au contenu

Pourquoi nous ne faisons pas de soldes

Le mois de juillet rime avec les soldes pour la plupart des commerces. Prix bradés, vitrines alléchantes, communication accrocheuse, … Pendant 1 mois, les consommateurs sont invités à dénicher « la bonne affaire ». Si à l’origine, le concept des soldes est plutôt louable, on ne peut nier certaines dérives, particulièrement dans le secteur textile où la surconsommation semble avoir pris le pas.

Les soldes, à l’origine …

Le concept des soldes fut inventé à Paris en 1830 par un certain Simon Mannoury, fondateur d’un magasin d’un type nouveau pour l’époque : le Petit Saint-Thomas, un grand magasin aux rayonnages bien achalandés, affichant des prix fixes et clairs. Mais cette multiplication des produits entraîna une nouvelle problématique : que faire des invendus ? C’est ainsi que sont nées les soldes. Le but : liquider les stocks d’invendus de la saison précédente à bas prix, afin de faire place aux nouveautés. Très vite, le concept séduit et se répand un peu partout pour devenir aujourd’hui un rendez-vous incontournable attendus par de nombreux consommateurs.

Petit à petit, un contexte légal vient encadrer le phénomène. Les commerçants ont l’obligation, pour les articles soldés, d’afficher l’ancien prix de vente barré à côté du prix soldé. Les produits soldés doivent être identiques à ceux vendus hors période des soldes.

Un pas de plus vers la surconsommation ?

Malheureusement, force est de constater que cette obligation légale n’est pas toujours respectée. C’est ce qu’on appelle un « gonflement des prix ». Pour donner l’illusion d’un bon deal, une enseigne va délibérément augmenter ses prix barrés. Bien qu’illégale, cette pratique est plus que jamais d’actualité dans beaucoup de secteurs.

Cette course aux prix cassés pose aussi la question de la surconsommation. Rien n’est plus satisfaisant que la sensation d’avoir fait une bonne opération, « une bonne affaire ». On se sent privilégié, valorisé. Mais la satisfaction passée, vient le temps des questions : avions-nous vraiment besoin de ce produit à prix soldé au final ?

Et ce phénomène a des répercussions directes sur la planète. Des enseignes de certaines industries fabriquent des produits de moindre qualité (car moindre coût) spécialement pour la période des soldes. Une surproduction particulièrement présente dans le secteur du textile (ex : fast fashion) et qui génère une pollution et un gaspillage inimaginable.

solde

Payer le prix juste

Enfin, n’oublions pas la question du juste prix. Lorsque l’on sait que certaines enseignes proposent déjà des prix concurrentiels au dépit des droits humains et environnementaux toute l’année, on peut se demander la nécessité de brader une nouvelle fois ces prix en période de soldes. Un prix juste, c’est un prix qui rémunère équitablement les différents acteurs de la chaîne de production (collecte, confection, transport, …). Qui paie au final le prix de nos bons deals ?

Pas de solde chez Yuman, mais un "coin des bonnes affaires"

Chez Yuman, nous avons fait le choix de ne pas faire de soldes, mais plutôt de proposer des articles (produits abîmés, fins de série, …) en réduction tout au long de l’année. C’est notre « Coin des bonnes affaires ». Cela nous permet d’éviter le gaspillage de produits et de se retrouver avec un stock d’invendu qui « dort » (véritable problématique pour tout commerce, y compris nous). Ce coin, situé à l'avant du Village, permet d'accompagner le produit jusqu'au bout de sa chaîne de vie.

Et vous, vous en pensez quoi ?

soldes yuman
fast fashion

Fashion Revolution Week : le combat contre la fast fashion

fete des mère éco-responsable

Nos idées cadeaux éco-responsables pour la fête des mères

fête des pères cadeaux durables

Fête des pères : nos idées de cadeaux durables

Faire défiler vers le haut